À Charles Spon, le 12 décembre 1642
Note [21]

Le Mysterium politicum de Pierre Labbé, texte latin de trois pages, en prose, commence par ces mots :

Hoc tu ipse mysterium es (cardinalis Eminentissime). Aspicit te Anglia, nec agnoscit ; legit te Germania, nec intelligit ; studet tibi Italia, nec te capit ; evoluit Hispania, nec detegit ; admiratur Europa te, et te nescit, Mysterium es. Pates omnibus et lates ; sentiris, et nesciris ; occultus et publicus ; negotiosus, et vacuus ; absens et præsens ; otiari videris ubi es, negotiaris ubi non es ; moves Europam, et quiescis ; exerces omnia ingenia, et ludis, Mysterium es […].

[C’est que vous êtes vous-même, Éminentissime cardinal, un mystère. L’Angleterre vous regarde, mais ne vous connaît pas ; l’Allemagne vous lit, mais ne vous comprend pas ; l’Italie vous recherche, mais ne vous attrape pas ; l’Espagne vous scrute, mais ne vous dévoile pas ; vous émerveillez l’Europe, mais elle vous ignore. Vous êtes un mystère. Vous êtes ouvert à tous, mais vous en cachez ; on vous perçoit, mais on ne vous connaît pas ; dissimulé et public ; occupé et oisif ; absent et présent ; on vous voit vous reposer là où vous êtes, négocier là où vous n’êtes pas ; vous remuez l’Europe, mais vous vous reposez ; vous pratiquez toutes les activités de l’esprit, mais vous jouez. Vous êtes un mystère (…)].

Suivent quatre autres déclamations fournissant des motifs pour considérer que le cardinal est un mystère politique, tant il est habile avec les ennemis de la France.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 12 décembre 1642. Note 21

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0075&cln=21

(Consulté le 16.05.2021)

Licence Creative Commons