À Charles Spon, le 3 septembre 1649
Note [22]

« tant à cause de l’auteur, mon ami le plus doux, qu’à cause du savoir varié et de l’érudition étendue qui y séduiront de toutes parts ».

Le Jugement de tout ce qui a été imprimé… est présenté sous la forme d’un dialogue entre le libraire Saint-Ange, d’Aix-en-Provence, et l’imprimeur Mascurat, de Paris.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 3 septembre 1649. Note 22

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0195&cln=22

(Consulté le 20.09.2021)

Licence Creative Commons