À Hugues II de Salins, le 25 novembre 1655
Note [22]

« quelque négociation chemine dans l’ombre, {a} qu’il faut compter parmi les secrets du prince. {b} Il n’est pas permis d’explorer les arcanes du roi ; si vous fouillez, ce sera en vain car vous n’arriverez à rien. Ne pas nous mêler de la primauté de ce dieu, obéir est la seule gloire qui nous soit laissée. {c} “ Nous qui sommes des poussins au rabais, éclos de quelques œufs de rebut, etc. ” » {d}


  1. Psaumes, v. note [5], lettre 174.

  2. Ce secret pouvait être la passion du jeune roi pour Marie Mancini, contrariée par Anne d’Autriche et Mazarin.

  3. Tacite (Annales, livre vi, chapitre viii), discours adressé à Séjan (v. note [21], lettre 417) :

    Non est nostrum æstimare quem supra ceteros et quibus de causis extollas : tibi summum rerum iudicium di dedere, nobis onsequii gloria relicta est.

    [Ce n’est pas à nous d’examiner qui tu places au-dessus des autres ni quels sont tes motifs : à toi les dieux ont donné la souveraine décision de toutes choses, obéir est la seule gloire qui nous soit laissée].

  4. Juvénal, Satire xiii, vers 142.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues II de Salins, le 25 novembre 1655. Note 22

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0427&cln=22

(Consulté le 01.02.2023)

Licence Creative Commons