À Charles Spon, le 7 mai 1658
Note [22]

Par les nombres 3, 2, 1 écrits devant les trois mots, Guy Patin a indiqué à Charles Spon, sans doute en se relisant, qu’il avait inversé l’ordre du titre, de Ptolemæus parvus Argoli en Argoli parvus Ptolemæus :

Andreæ Argoli, Sereniss. annuente Senatu, D. Marci Equitis, et in Patavino Lycæo Matheseos Professoris, Ptolemaeus parvus, in genethliacis iunctus Arabibus. Nunc postremum auctus indice rerum prorsus necessario, et innumeris propre mendis purgatus.

[Le petit Ptolémée {a} sur les horoscopes et sur les Arabes, par Andreas Argolus, {b} promu chevalier de Saint-Marc {c} par le sérénissime Sénat et professeur de mathématiques en l’Université de Padoue. Tout dernièrement augmenté d’un index fort nécessaire des matières, et purgé de ses fautes, qui étaient presque innombrables]. {d}


  1. V. note [22], lettre 151, pour Ptolémée, astronome d’Alexandrie au iie s. de notre ère, dont ce livre abrège et met les ouvrages au goût du jour.

  2. Andrea Argoli (Tagliacozzo, royaume de Naples 1570-Padoue 27 septembre 1657), après avoir terminé ses études de philosophie, mathématiques et médecine, s’était rendu en 1621 à Rome où il avait occupé une chaire de mathématiques ; mais les rêveries de l’astrologie, dont il ne sut pas se défendre, lui attirèrent de nombreux ennemis qui, profitant de sa faiblesse, lui firent éprouver toutes sortes de désagréments. Las enfin des persécutions, il s’était retiré à Venise où la République le nomma, en 1632, professeur de mathématiques à Padoue (J. in Panckoucke).

    Outre celui-ci, Argoli a laissé de nombreux ouvrages de mathématique et d’astronomie (mêlée d’astrologie, v. note [62] du Naudæana 1), dont plusieurs Ephemerides (v. note [5], lettre de Charles Spon datée du 23 avril 1658).

  3. V. note [53] de l’Autobiographie de Charles Patin.

  4. Lyon, Jean-Antoine ii Huguetan et Marc-Antoine Ravaud, 1659, in‑4o de 211 pages ; précédentes éditions à Padoue et Lyon, 1652, et Lyon, 1654.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 7 mai 1658. Note 22

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0525&cln=22

(Consulté le 28.11.2022)

Licence Creative Commons