À Hugues de Salins, le 29 octobre 1658
Note [22]

« Il ne faut pas saigner la saphène dans les maladies des reins ».

La grande saphène est la longue veine superficielle, volontiers variqueuse, qui court de la cheville à l’aine, le long de la face interne du membre inférieur. On la saignait au pied, c’est-à-dire à la cheville, derrière la malléole interne (v. note [4] de la Consultation 17).

Le projet d’un nouveau portrait gravé de Guy Patin (succédant à celui de 1631-1632, v. note [2], lettre latine 231) n’a pas abouti (avant 1670, v. note [2], lettre latine 466).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues de Salins, le 29 octobre 1658. Note 22

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0544&cln=22

(Consulté le 06.03.2021)

Licence Creative Commons