Autres écrits : Commentaires de la Faculté rédigés par le doyen Guy Patin (1650-1652) : 1A. Novembre 1650-novembre 1651, Actes de la Faculté de médecine
Note [22]

Remontant le calendrier par rapport aux premières présidences de quodlibétaires qui ont précédé, commençait ici la série des trois épreuves successives (vespérie, doctorat, pastillaire ou antéquodlibétaire, v. note [13], lettre 22) qui aboutissaient à la remise du bonnet doctoral et à la régence (consacrée par la première présidence). Leur principe commun était d’aborder une question puis sa contraire (ou sa variante). Aucun de ces débats contradictoires n’était imprimé. L’ensemble de la Faculté, étudiants comme docteurs, était invité à y participer. On devait souvent s’y amuser car les sujets abordés étaient généralement futiles voire hautement saugrenus.

Les deux questions débattues lors de la vespérie de Michel ii de La Vigne étaient :

  1. « Doit-on exclure la boisson d’eau chaude ? »

  2. « Doit-on exclure la boisson d’eau glacée ? »

Deux docteurs régents participaient aux vespéries : le président posait la première question à un philiatre (futur candidat au baccalauréat) anonyme, puis l’autre docteur posait la seconde question au postulant. Comme montrent les quatre vespéries ici disputées l’intervention des deux docteurs suivait l’ordre descendant du tableau. La paire était formée par deux régents qui s’y suivaient :

  • le plus jeune (ici Jacques Gavois, 74e) présidait et son prédécesseur (Michel Marès, 73e) posait la seconde question ;

  • lors de l’acte suivant (v. infra note [23]), s’opérait un décalage d’un rang vers le bas, si bien que Denis Joncquet (75e) présidait et que Gavois, son prédécesseur, posait la seconde question ;

  • et ainsi de suite en allant vers le bas de la liste, avec les interventions successives de Claude Le Vasseur (76e), puis de Florimond Langlois (77e).

Seuls les docteurs ayant au moins dix ans exactement révolus d’ancienneté pouvaient présider à l’un des trois actes du doctorat (v. notes [14], lettre 54, et [59] des Décrets et assemblées de la Faculté en 1651‑1652). En novembre 1650, la barre se situait entre François Pajot (19 décembre 1639, 78e du tableau) et Toussaint Fontaine (15 janvier 1641, 79e), qui était le tout dernier à pouvoir présider en 1651 car Claude Perrault (80e) avait reçu le bonnet le 19 décembre 1641.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Commentaires de la Faculté rédigés par le doyen Guy Patin (1650-1652) : 1A. Novembre 1650-novembre 1651, Actes de la Faculté de médecine. Note 22

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8182&cln=22

(Consulté le 27.06.2022)

Licence Creative Commons