Autres écrits : Ana de Guy Patin :
L’Esprit de Guy Patin (1709),
Faux Patiniana II-2
Note [22]

Quatrain de John Owen intitulée De Thoma Pantschmano [Sur Thomas Pantschman] : {a}

« Tu envoies grasses poulardes, perdrix et faisans aux riches, mais rien aux pauvres. Si tu veux envoyer à chacun ce qui lui convient, alors envoie de la nourriture aux pauvres et la faim aux riches. »


  1. Épigramme 11, page 206, Appendix des Epigrammatum (Amsterdam, 1647, v. note [41] du Borboniana 10 manuscrit).

Le Mans, Cenomanum en latin, capitale du Maine (dans l’actuel département de la Sarthe), était un évêché suffragant de Tours. Poulardes et chapons faisaient déjà la réputation de son terroir, mais Trévoux disait (après Furetière) que « les chapons de paillier, [c’est-à-dire] engraissés dans la basse-cour, sont meilleurs que ceux du Mans, qu’on engraisse par artifice ».

Le premier président du Parlement de Paris avec qui Guy Patin avait suffisamment de familiarité pour lui envoyer des victuailles était Guillaume de Lamoignon, élevé à cette charge en 1657 (v. note [43], lettre 488). Je n’ai identifié ni « G.E. » ni « T.M. ». V. note [9], lettre 10, pour l’épouse de Patin, née Jeanne de Janson. Le déguisement de cet article est si ingénieux qu’on pourrait s’y méprendre, mais il ne sert qu’à placer une épigramme d’Owen, poète que Patin ne citait jamais.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
L’Esprit de Guy Patin (1709),
Faux Patiniana II-2. Note 22

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8215&cln=22

(Consulté le 26.06.2022)

Licence Creative Commons