À Charles Spon, le 17 septembre 1649
Note [23]

« Ce que font les Sères, ce que font les Thraces » : hæc eadem novit quid toto fiat in orbe,/ quid Seres, quid Thraces agant, secreta nouercæ/ et pueri, quis amet, quis diripiatur adulter [Ces femmes-là savent ce qui se passe dans tout l’univers, ce que font les Sères, ce que font les Thraces, les secrets qui se trament entre la belle-mère et le beau-fils, les intrigues amoureuses, l’amant qu’on s’arrache] (Juvénal, Satire vi, vers 402‑404). Pour Juvénal (ier s.), un siècle avant l’astronome et géographe grec Ptolémée (v. note [22], lettre 151), Sères et Thraces peuplaient les contrées les plus orientales du monde connu, il ne connaissait ni la Chine, ni les Chinois.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 17 septembre 1649. Note 23

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0197&cln=23

(Consulté le 18.10.2019)

Licence Creative Commons