À Charles Spon, le 6 septembre 1652
Note [23]

Louis Le ou de Bailleul (vers 1624-1701) était le fils unique de Nicolas (v. note [5], lettre 55). Il avait été reçu au Parlement de Paris en 1643, en la première Chambre des enquêtes. Il succédait à son père comme président à mortier le 20 août 1652 (Popoff, no 485).

Dubuisson-Aubenay (Journal des guerres civiles, tome ii, pages 276‑277, 20 août 1652) :

« Ce matin même, le sieur de Soisy de Bailleul, conseiller reçu en survivance du président de Bailleul, son père, deuxième en rang des présidents, décédé cette nuit en cette ville de Paris, a été reçu président en chef contre la teneur de ses lettres qui portent qu’il ne pourra être reçu président en chef qu’après dix ans de service en survivance, n’y ayant pas encore dix ans qu’il a été reçu en ladite survivance ; et aussi contre la teneur de la déclaration du roi registrée en son Parlement de Pontoise et imprimée, aujourd’hui publique à Paris, par laquelle le roi déclare tous offices vacants et supprimés, et toutes survivances abolies si ceux qui les possèdent ne se rendent en son Parlement à Pontoise. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 6 septembre 1652. Note 23

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0293&cln=23

(Consulté le 25.01.2021)

Licence Creative Commons