À Charles Spon, le 6 novembre 1657
Note [23]

Proditoirement : « en trahison ; terme de Palais qui n’a d’usage que dans les matières criminelles où il s’agit d’assassinat : il l’a tué proditoirement » (Trévoux).

La duchesse Élisabeth-Angélique, Mme de Châtillon, était veuve de Gaspard de Châtillon, tué lors du combat de Charenton le 8 février 1649, tandis qu’il luttait aux côtés du Grand Condé. Elle avait accouché en juillet suivant d’un fils posthume, Henri-Gaspard (v. note [78], lettre 166). Il était le seul représentant de la cinquième génération suivant Gaspard de Coligny, amiral de Châtillon (1517-24 août 1572).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 6 novembre 1657. Note 23

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0500&cln=23

(Consulté le 01.12.2020)

Licence Creative Commons