À Charles Spon, le 14 mai 1649
Note [25]

V. note [4], lettre 175, pour le séjour de la cour à Compiègne (3 mai-15 juin).

Journal de la Fronde (volume i, fo 26 ro et vo) :

« Le même jour, {a} les maréchaux du logis partirent pour aller marquer les logis à Compiègne où la cour s’en va.
Hier, {b} les compagnies souveraines de cette ville reçurent chacune une lettre de cachet par laquelle le roi leur mandait qu’ayant su que les ennemis avaient assiégé deux places en même temps en Flandres, {c} afin de pouvoir plus commodément donner ordre à ses affaires, et que cependant il leur recommandait de tenir la main à ce que toutes choses demeurassent en bon ordre ici et dans le ressort du Parlement de Paris. […]
Ce matin, {d} Sa Majesté est partie de Saint-Germain à 9 heures avec la reine et M. le Cardinal, et est allée dîner à Argenteuil et delà coucher à Chantilly où M. le Prince traite ce soir la cour, qui en doit partir dans deux jours pour aller coucher à Compiègne, et S.A. {e} pour aller en Bourgogne.
L’on a remarqué que le roi ayant su qu’on ne le ramenait point à Paris, en a témoigné du déplaisir. Mme la duchesse d’Orléans n’est pas encore partie de Saint-Germain et Mmes les princesses de Condé {f} sont encore ici.
M. le chancelier est arrivé ici aujourd’hui avec le Conseil privé, mais on dit qu’il suivra la cour à Compiègne. Il avait temporisé jusqu’ici à venir à cause des rentes de l’Hôtel de Ville, qu’il fallait régler auparavant, et d’un nouveau différend qu’il avait avec le Parlement, lequel prétend qu’on a contrevenu à la déclaration du mois d’octobre {g} par un arrêt du Conseil donné la semaine passé en faveur de l’évêque d’Albi, {h} par lequel l’affaire est renvoyée aux Requêtes de l’Hôtel pour y être jugée en dernier ressort. »


  1. 28 avril 1649.

  2. 29 avril.

  3. Il s’en allait en Picardie.

  4. 30 avril.

  5. Son Altesse, le prince de Condé.

  6. La mère et sa belle-fille.

  7. 1648, v. note [10], lettre 162.

  8. Gaspard de Daillon du Lude.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 14 mai 1649. Note 25

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0176&cln=25

(Consulté le 21.04.2021)

Licence Creative Commons