À Charles Spon, le 28 septembre 1655
Note [26]

« sans quoi, un excellent homme serait étouffé et cesserait de vivre […] tout à fait digne d’une plus longue vie, et même de l’éternité, si la volonté de Dieu l’autorisait et si la nature le permettait à l’homme. Portez-vous bien. » Le coin inférieur droit de ce post-scriptum est amputé par une petite déchirure du manuscrit.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 28 septembre 1655. Note 26

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0417&cln=26

(Consulté le 25.01.2020)

Licence Creative Commons