À Charles Spon, le 24 décembre 1655
Note [26]

Sainte-Beuve (Port-Royal, livre iii, chapitre vi ; tome ii, page 62) :

« À dater du 20 décembre, M. le Chancelier (Séguier) eut ordre du roi d’assister aux séances et il y vint avec son cortège de cérémonie, huissiers et hoquetons, {a} sous prétexte de maintenir l’ordre et de commander la liberté, mais dans le vrai, pour surveiller et faire incliner les voix. »


  1. Archers.

Le 17 janvier 1656, le syndic de Sorbonne, Claude-Denis Guyart, pour empêcher que les débats ne s’éternisent, avait fait voter une décision limitant à une demi-heure le temps de parole de chaque docteur. On fit donc apporter un sablier avec lequel certains défenseurs d’Arnauld prirent des libertés. Le 24 janvier, le Chancelier Séguier vint assister aux séances et imposer strictement la limitation du temps de parole (Le Guern).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 24 décembre 1655. Note 26

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0430&cln=26

(Consulté le 12.05.2021)

Licence Creative Commons