À Charles Spon, le 3 septembre 1649
Note [27]

« présage que Dieu veuille bien écarter » (Sénèque le Jeune, v. note [35], lettre 166). Guy Patin, médecin de Paris, offrait à Charles Spon, son confrère, un refuge distant contre la peste qui menaçait Lyon, au lieu de l’encourager de bien se dévouer à soigner ceux qu’elle pourrait frapper. François Ranchin avait donné en 1630 à Montpellier un bien plus vaillant exemple de ce qu’il incombe à un médecin de faire en un tel cas (v. note [5], lettre 13).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 3 septembre 1649. Note 27

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0195&cln=27

(Consulté le 02.07.2022)

Licence Creative Commons