À Charles Spon, le 5 juillet 1652
Note [27]

« contre Saumaise. »

Michaud :

« Saumaise et Vossius s’étaient brouillés “ parce que, dit le Menagiana, M. Vossius ayant prêté de l’argent au fils de M. Saumaise, M. Saumaise ne voulut pas le lui rendre, disant qu’il lui avait mandé de ne pas lui en prêter ; en effet, il ne le lui rendit pas. ” Ce fait est raconté plus au long dans les lettres de Vossius, qui exposent d’ailleurs comment Saumaise trouva le moyen de s’acquitter : il accusa Vossius de préparer contre lui des écrits satiriques. Christine ajouta foi à ce rapport et à d’autres insinuations ; si bien qu’au moment [été 1652] où Vossius, qui venait de faire un voyage en Hollande, rentrait en Suède, amenant Bochart et Huet, il reçut l’ordre de ne pas se présenter devant la princesse, de rebrousser chemin et de demander pardon à Saumaise. Malgré cette disgrâce, dénouement ordinaire des relations de cette nature, la reine recommença bientôt de correspondre avec Vossius et le revit bientôt dans les Pays-Bas. De son côté, il continua de parler d’elle avec égard et respect. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 5 juillet 1652. Note 27

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0291&cln=27

(Consulté le 24.11.2020)

Licence Creative Commons