À Gilles Ménage, le 20 juillet 1651
Note [27]

« Il n’y a donc rien de bon à la tabacocapnie par nez et par bouche » : conclusion négative de la thèse cardinale portant sur la question An cui bono tabaccocapnia per nares et os ? [Y a-t-il quelque chose de bon à la tabacocapnie par nez et par bouche ?], disputée le 2 avril 1626 par le bachelier Urbain Bodineau (v. note [2], lettre 12) sous la présidence de Jacobus Letus (docteur régent de la Faculté de médecine de Paris, natif d’Aberdeen en Écosse) (Baron).

La tabacocapnie est le nom qu’on donnait alors à l’inhalation du tabac, sous forme de fumée ou de prise.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Gilles Ménage, le 20 juillet 1651. Note 27

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1019&cln=27

(Consulté le 16.10.2019)

Licence Creative Commons