Annexe : Les deux Vies latines de Jean Héroard,
premier médecin de Louis xiii
Note [29]

Par dérision grandiloquente, Guillemeau (Charles ou Jacques, on ne sait au juste) appelait Hippo Regius [Écurie royale] l’écurie (ιππων, ippôn, en grec) de Joyeuse. J’ai traduit ce mot par « Hippone », nom de l’ancienne ville numide (naguère Beaune, et aujourd’hui Annaba en Algérie), dont saint Augustin a été évêque de 395 à 430 (v. note [5], lettre 91). Le latin utilise ordinairement stabulum ou equile pour désigner le bâtiment où on loge les chevaux.

Afin de convaincre Joyeuse (« notre héros »), il fallait conférer à Jean Héroard un titre qui l’éloignât de l’hippiatrie proprement dite sans l’écarter tout à fait des chevaux qui avaient fait sa première fortune. Guillemeau, me semble-t-il, suggérait au duc, pour le flatter, d’attacher un médecin particulier à son écurie, sur le modèle de celle du roi.

L’Écurie royale était aussi ancienne que la Couronne de France et confiée à divers officiers, dont le plus éminent était le connétable (comte de l’étable, comes stabuli), qui devint au xve s. le grand écuyer (Monsieur le Grand). En 1582, Henri iii scinda son Écurie, installée aux Tuileries depuis 1566, pour en faire une Grande et une Petite Écurie : respectivement dévolues aux chevaux de guerre et aux chevaux de service (chasse et transport), elles étaient dirigées par Monsieur le Grand et par le premier écuyer (Monsieur le Premier). Édouard de Barthélemy a détaillé tout cela dans Les grands écuyers et la Grande Écurie de France avant et depuis 1789 (Paris, Librairie des auteurs dramatiques et de l’Académie des bibliophiles, 1868, in‑4o, chapitre iii, pages 71‑78).

À titre anecdotique, Noël Falconet (v. note [2], lettre 388) fut nommé médecin des Écuries du roi en 1678, au service du duc Louis de Lorraine, alors grand écuyer.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Les deux Vies latines de Jean Héroard,
premier médecin de Louis xiii. Note 29

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8225&cln=29

(Consulté le 18.08.2022)

Licence Creative Commons