À Claude II Belin, le 2 janvier 1632
Note [3]

« qu’il est ce qui se trouve chez le poète : “ Jusqu’à présent je t’ai fait de marbre, c’est tout ce que j’ai pu ; mais si mes brebis sont bien fécondes, je te couvrirai d’or ” » (Virgile, Bucoliques, églogue vii, vers 35‑36).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 2 janvier 1632. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0008&cln=3

(Consulté le 21.10.2019)

Licence Creative Commons