À Claude II Belin, le 7 avril 1638
Note [3]

« Pour les deux prochaines années. »

La durée du baccalauréat était de deux années, qui incluaient la soutenance (v. note [1], lettre 1) des deux thèses quodlibétaires (aux mois de novembre ou décembre des première et seconde années) et de la thèse cardinale (aux mois de juin ou juillet de la seconde année), immédiatement suivie par l’examen de licence. Certains bacheliers ne soutenaient qu’une seule des deux quodlibétaires prescrites.

Guy Patin omettait ici les détails les plus intéressants du baccalauréat de 1638. Les docteurs régents examinateurs, élus le samedi 30 janvier, avaient été, selon la règle, deux anciens, Jean Bérault (docteur régent en 1620) et Thomas Gamare (1624), et deux jeunes, Hermant de Launay (1625) et Guy Patin (1627). Ils s’étaient réunis le samedi 20 mars 1638 pour examiner les lettres et diplômes des 11 candidats.

  • Deux furent écartés car ils ne remplissaient pas les conditions d’âge (un nommé La Lande qui ne fut jamais licencié à Paris), ou de durée d’études (Nicolas Crespon, qui, pour deux mois d’absence, fut ajourné pour deux ans).

  • Surtout, il fallut se prononcer sur l’admissibilité des deux frères Renaudot, Isaac et Eusèbe (v. note [16], lettre 104). En raison du différend qui opposait leur père Théophraste (v. note [6], lettre 57) à la Faculté, ils durent prendre l’engagement suivant (Comment. F.M.P. tome xiii, fo 48 ro) :

    « Par devant les notaires garde-notes du roi, notre Sire, au Châtelet de Paris, furent présents MM. Isaac et Eusèbe Renaudot, frères, maîtres ès arts en l’Université de Paris, étudiants en médecine, demeurant rue de la Calandre, au Grand Coq, paroisse <de> Saint-Germain-le-Vieil ; {a} lesquels ont promis à Messieurs de la Faculté de médecine de cette ville de Paris, qui l’ont ainsi requis d’eux, qu’au cas qu’ils aient l’honneur d’être reçus en la qualité de bacheliers de ladite Faculté et autres degrés d’icelle, comme ils l’espèrent et les supplient, ils n’exerceront point aucune des fonctions du Bureau d’adresse, {b} mais s’adonneront entièrement à l’exercice de la médecine, à quoi ils se sont obligés sous l’hypothèque de tous et chacuns leurs biens. Ce fut fait et passé après midi en l’étude de Parque, l’un des notaires soussignés le xxie jour de mars mvic trente-huit, et ont signé la présente,

    [Isaac] Renaudot         Eusèbe Renaudot
    De Troyes                    Parque. » {c}


    1. En l’île de la Cité (v. note [25], lettre 293).

    2. V. note [6], lettre 57.

    3. Claude iii de Troyes était établi rue Saint-André-des-Arts et Jacques ii Parque, quai du Marché-Neuf (études cxxii et lxxxvi du Minutier central des notaires parisisiens des Archives nationales).

Les neuf bacheliers reçus le samedi 27 mars 1638, veille des Rameaux, étaient Jean de Montreuil (natif de Paris), Quentin Thévenin (Châlons), Toussaint Fontaine (Paris), Claude Perrault (Paris), Charles Le Breton (Paris), Isaac Renaudot (Loudun), Eusèbe Renaudot (Loudun), Étienne Le Gagneur (Paris) (ibid. fo 49 ro).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 7 avril 1638. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0039&cln=3

(Consulté le 24.11.2020)

Licence Creative Commons