À Claude II Belin, le 5 mai 1638
Note [3]

« communément nommé ».

« Les philosophes appellent quelquefois sapience cette vertu qui consiste en la connaissance des choses universelles, nécessaires et immuables, qui est acquise par l’étude des lettres. Elle consiste en deux points : l’intelligence des principes certains et la connaissance des effets par la démonstration des causes. On appelle à Paris la Normandie le bon pays de sapience à cause que les habitants y sont fins et rusés, et surtout à plaider et à ménager leurs intérêts : d’où vient que la coutume y établit la majorité à 20 ans » (Furetière).

Coutances (Manche), capitale du Cotentin, auquel elle a donné son nom, était le siège d’un évêché.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 5 mai 1638. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0041&cln=3

(Consulté le 24.01.2021)

Licence Creative Commons