À Charles Spon, le 18 janvier 1644
Note [3]

« n’est rien d’autre qu’une accumulation extrêmement corrompue d’une abondance de matières épaisses et sales, dans laquelle et de laquelle sortent les pustules, comme si les symptômes augmentaient la force et la perniciosité de la maladie » : pour Guy Patin, il convenait donc de respecter la fièvre qui traduit un bon mouvement de la Nature, c’est-à-dire l’annonce d’une crise salutaire, marquée par la survenue de l’éruption.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 18 janvier 1644. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0099&cln=3

(Consulté le 22.10.2019)

Licence Creative Commons