À Charles Spon, le 22 décembre 1651
Note [3]

Jacques ii Stuart (Londres 1633-Saint-Germain-en-Laye 1701), duc d’York, était le deuxième fils du roi Charles ier d’Angleterre et de Henriette de France. Lors de la révolution anglaise, après une réclusion de deux ans (1646-1648) au palais Saint-James à Londres, il avait réussi a s’évader en Hollande puis à entrer au service de la France où il allait se distinguer sous le commandement de Turenne.

À la restauration (1660), quand son frère aîné redevint roi en exercice sous le nom de Charles ii, il fut créé grand amiral du royaume, remporta quelques avantages sur les Hollandais, notamment à Harvick en 1665, mais inquiéta la nation anglaise par sa conversion secrète puis officielle au catholicisme (en 1671), par la dureté de son caractère, par ses tendances à l’absolutisme, erreur traditionnelle des Stuart, et par ses cruautés dans la répression des troubles religieux d’Écosse où il renouvela les horreurs de l’Inquisition ; mais ce fut en vain que les Communes espérèrent l’écarter par le bill d’exclusion qui déclarait inapte à régner tout prince de la religion catholique. Il succéda sans opposition à son frère en 1686 sous le nom de Jacques (James) ii. Le règne du dernier des Stuart fut bref : en 1688, il dut quitter le trône pour le laisser à son gendre Guillaume iii d’Orange, stathouder de Hollande (G.D.U. xixe s.).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 22 décembre 1651. Note 3

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0277&cln=3

(Consulté le 13.08.2022)

Licence Creative Commons