À Charles Spon, le 25 avril 1653
Note [3]

Journal de la Fronde (volume ii, fo 208 ro, Paris, 11 avril 1653) :

« Le discours que M. Dorat avait tenu le 7 dans l’assemblée du Parlement, {a} ayant été rapporté au Conseil, on résolut de faire arrêter prisonnier M. Dorat chez lequel on envoya le lendemain un exempt avec une vingtaine de gardes pour le prendre ; mais ils ne le trouvèrent pas. Ils demeurèrent dans sa maison et y sont encore. L’on ne sait ce qu’il est devenu. Et en même temps, l’on envoya M. Saintot chez sept autres conseillers pour leur porter ordre de se retirer, savoir MM. de Longueil, Le Boults, Pithou, Canaye, Le Clerc Courcelles, Pontcarré et Le Boindre, lesquels partirent le lendemain. On les envoie en divers lieux fort éloignés les uns des autres, savoir M. de Longueil à Auxonne, M. Pithou à Chalons en Champagne, M. Canaye à Vienne, Le Bouls à Auxerre, M. de Courcelles en une maison qu’il a en Anjou, M. de Pontcarré à Saumur et M. Le Boindre à Nantes ; mais depuis, il a obtenu permission de demeurer en une maison qu’il a proche Le Mans. Le même jour, 8, on fit mettre en prison à la Bastille M. Courtin, aussi conseiller des Enquêtes, {b} lequel l’on accuse d’avoir fait quantité d’allées et venues dans Paris pour les intrigues de M. de Croissy. »


  1. V. note [28], lettre 309.

  2. Sic pour maître des requêtes.

V. notes : [142], lettre 166, pour l’abbé Pierre de Longueil, conseiller clerc, frère du président de Maisons ; [9], lettre 301, pour Nicolas Camus, seigneur de Pontcarré ; [1], lettre 51, pour Pierre ii Pithou ; [9], lettre 301, pour Charles Le Clerc de Courcelles.

Honoré Courtin (vers 1626-1703), seigneur de Chantereine et des Ménus, d’abord conseiller au parlement de Rouen, avait été reçu maître des requêtes en 1650. Il avait participé aux négociations de Münster et par la suite, exerça surtout d’autres missions diplomatiques : mariage de Louis xiv, ambassades extraordinaires à Londres (1665) puis à Heilbronn et à Breda (pour la paix de 1667), etc. (Popoff, no 1034).

Noël Le Boults (ou Le Bouts, mort en 1684), sieur de Chaumont et d’Égriselle, était le fils aîné de Jacques, secrétaire du roi et trésorier de France à Tours. Noël avait été reçu conseiller au Parlement de Paris en 1632, en la 5e des Enquêtes ; il monta à la Grand’Chambre le 20 mai 1664. Son frère cadet, François, avait été reçu conseiller en la deuxième des Requêtes en 1648 (Popoff, no 703).

Jean Le Boindre, seigneur de Groschenay, baron de La Brunêche, originaire du Mans, avait été reçu conseiller en la troisième des Enquêtes en 1645. Monté à la Grand’Chambre en 1680, il mourut doyen du Parlement en 1693 (Popoff, no 640). Il a laissé un manuscrit des Débats du Parlement de Paris pendant la minorité de Louis xiv (du 9 janvier 1648 au 1er avril 1649 ; transcrit par Patricia Ranum, Paris, Honoré Champion, 1997).

Étienne Dorat, grand frondeur, avait été reçu conseiller au Parlement en 1641 en la troisième des Enquêtes. Il mourut, doyen du Parlement, en 1692 (Popoff, no 1103).

Jacques Canaye (mort en 1686), sieur de Roches et de Grandfond, avait été reçu conseiller au Grand Conseil puis au Parlement de Paris en la première des Enquêtes en 1633. Il monta à la Grand’Chambre en 1666 (Popoff, no 827).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 25 avril 1653. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0310&cln=3

(Consulté le 25.10.2020)

Licence Creative Commons