À Hugues de Salins, le 20 novembre 1656
Note [3]

« c’est le Seigneur qui donne une épouse raisonnable » : Domus et divitiæ dantur a patribus ; a Domino autem proprie uxor prudens [Les parents donnent une maison et du bien, mais une femme raisonnable est un don du Seigneur] (Proverbes, 19:14).

Avec son piètre jeu de mots, « mâle heureux », Guy Patin voulait peut-être dire qu’il n’avait pas été aussi heureux qu’Hugues de Salins dans le choix de son épouse, Jeanne de Janson.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues de Salins, le 20 novembre 1656. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0452&cln=3

(Consulté le 15.12.2019)

Licence Creative Commons