À Charles Spon, le 8 mai 1657
Note [3]

Des opposants au Protectorat, pour la plupart anciens niveleurs (levellers, radicaux prônant l’abolition de la propriété privée et de l’égalité des droits), complotaient depuis un an contre Cromwell. Plusieurs tentatives d’attentat avaient échoué. Leur meneur, Edward Sexby, agissait depuis les Pays-Bas espagnols. Son principal exécutant, Miles Sindercombe, avait été arrêté tandis qu’il tentait d’incendier le palais de Whitehall où résidait Cromwell. Condamné en février 1657 à être pendu puis écartelé, il s’était suicidé dans la Tour de Londres, la veille de son exécution, en prenant du poison. Sexby le déclara martyr to the Good Old Cause [martyr de la bonne vieille cause]. Arrêté quelques mois plus tard, Sexby fut emprisonné et mourut d’une fièvre en janvier 1658, avant d’être mis en jugement et sans avoir livré les noms de tous les conjurés (Plant).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 mai 1657. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0480&cln=3

(Consulté le 22.09.2020)

Licence Creative Commons