À Claude II Belin, le 11 juin 1660
Note [3]

Schaffhouse est la capitale du canton suisse de même nom, le plus septentrional et le plus petit de toute la Confédération (24 par 22 kilomètres).

Les frères Wepfer, Johann Jakob (v. note [7], lettre 610) et Johann, en étaient originaires. De Johann Jakob, Guy Patin mentionnait ici les Observationes anatomicæ ex cadaveribus eorum quos sustulit apoplexia, cum exercitatione de eius loco affecto [Observations anatomiques tirées des cadavres de ceux que l’apoplexie a emportés, avec un essai sur le lieu qu’elle affecte] (Schaffhouse, Johann Kaspar Suter, 1658, in‑8o, pour la 1re édition) ; ouvrage réédité en 1675 (Schaffhouse, Alexander Reiding, in‑8o), Novæ Editioni accessit Auctuarium historiarum et observationum similium, cum scholiis [À cette nouvelle édition a été ajouté un supplément d’histoires et d’observations (au nombre de 18) avec des commentaires].

Il s’agit du tout premier ouvrage appliquant la méthode anatomo-clinique (confrontation de l’histoire de la maladie aux constats de l’autopsie) à la connaissance des attaques cérébrales (apoplexies). Le Benevolo lectori salutem [Salut au bienveillant lecteur] surprendra ceux qui (comme moi) pensaient qu’on avait inventé ce puissant moteur du progrès médical au début du xixe s. (dans le sillage de Xavier Bichat et de René Laennec) :

Postquam ante aliquot annos sanguinis motum agnovissem, plurima humana cadavera, tum apud exteros, tum hic in Patria, et solus, et comitibus ac hujus utilissimi laboris sociis, Viris Clarissimis et Doctissimis D.D. Christophoro Hardero, Friderico Lucio Screta et Emmanuel Hurtero, Collegis meis plurimum colendis, aperui atque ita, aliquot annorum intervallo, plures historias, apoplexia, lethargo, mania, ulcere gulæ in asperam arteriam pervio, pleuritide, phtisi, palpitatione cordis, febribus hecticis, hydrope pectoris, empyemate, ventriculi distensione maxima, cum tunicarum incredibili tenuitate, ejus ulcere, dysenteria, ileo, intestinorum vulnere, hydrope ascite et anasarca, magno liene, renum ulcere, mesenterii apostemate, calculo vesicæ, ejus ruptura, hydrope uteri, difficili partu, suffocatione ab utero, herniæ intestinalis sectione, aliove morborum genere enectorum collegi. Hac vice quatuor, apoplexia mortuorum, historias publicæ lucis, speciminis loco, facio. Addidi exercitationem de loco in apoplexia affecto, incidenter causarum ejus proximarum facta mentione, in qua pro virili, ad leges circularis sanguinis motis, omnia accommodavi. Si rem tetigero, erit de quo mihi gratulari potero : sin aberravero, lubens aliorum candidam censuram perferam, atque si ulteriore talium sectione errorem agnovero, si licuerit, corrigam.

[Depuis que j’ai eu connaissance, voilà quelques années, du mouvement du sang, j’ai ouvert quantité de cadavres humains, tant dans ma ville qu’en d’autres lieux, soit seul, soit en compagnie de confrères, laquelle est fort utile dans ce genre de travail. Ce furent mes très honorables collègues Christophorus Harderus, Fridericus Lucius Screta et Emmanuel Harderus. {a} Et c’est ainsi qu’en l’espace de quelques années, j’ai colligé de nombreuses observations : sur l’apoplexie, le coma, la folie, l’ulcération de la gorge s’ouvrant dans la trachée-artère, la pleurésie, la phtisie, la palpitation du cœur, {b} les fièvres hectiques, l’hydropisie de poitrine, l’empyème, l’ulcération de l’estomac, sa dilatation extrême avec incroyable amincissement de ses parois, la dysenterie, l’iléus, les plaies des intestins, l’ascite et l’anasarque, la dilstension de la rate, l’ulcération des reins, l’abcès du mésentère, le calcul de vessie, sa rupture, l’hydramnios, l’accouchement compliqué, la suffocation de matrice, l’opération pour hernie intestinale, {c} ou sour toute autre sorte de maladie mortelle. En retour et à titre d’exemple, je publie quatre observations de décès par apoplexie. J’y ai ajouté un essai sur le lieu affecté dans l’apoplexie où, en faisant incidemment mention de ses causes premières, j’ai accommodé à ma façon toutes choses aux lois du mouvement circulaire du sang. Si j’ai atteint mon but, j’aurai de quoi pouvoir me féliciter ; si j’ai extravagué, je supporterai volontiers la censure loyale des autres ; et si de nouvelles dissections me convainquent de mon erreur, j’en conviendrai et je la corrigerai si l’occasion m’en est donnée].


  1. Ces trois médecins suisses (Screta étant d’origine tchèque) ont laissé quelques traces dans les bibliographies, mais je n’ai pas trouvé leurs biographies.

  2. V. note [5] de l’observation viii.

  3. À l’exception de l’hydramnios, ou hydropisie utérine, qui est une accumulation de liquide dans les membranes fœtales, toutes ces affections sont définies dans les notes de notre édition et peuvent s’y retrouver avec l’aide de l’index ou de la recherche plein texte.

En établissant le lien entre l’apoplexie et la circulation du sang, Wepfer est le créateur et le pionnier reconnu de la notion, aujourd’hui parfaitement établie, d’accident vasculaire cérébral (v. la Laudatio intitulée Johann Jacob Wepfer Award 2005 of the ESC [European Society of Cardiology] to Dr. Jean-Claude Baron par M.G. Hennerici et J. Bogousslavsky, Cerebrovasc. Dis. 2005 ; 20 : 152‑253). Guy Patin portait un profond intérêt au livre de Wepfer (v. note [2], lettre latine 270).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 11 juin 1660. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0616&cln=3

(Consulté le 23.01.2021)

Licence Creative Commons