À Hugues II de Salins, le 25 juillet 1664, note 3.
Note [3]

« c’est pourquoi les anciens l’ont appelé la source où puisent les génies » ; Pline, parlant de la terre (Histoire naturelle, livre xvii, chapitre iii, § 10 ; Littré Pli, volume 1, page 613) :

Illa post vomerem nitescens, qualem fons ingeniorum Homerus in armis a deo caelatam dixit addiditque miraculum nigrescentis, quamvis fieret ex auro.

« Elle qui brille après le passage du soc, telle qu’Homère, source où puisent les génies, la dépeint ciselée par les dieux sur les armes d’Achille, ajoutant, chose merveilleuse, qu’elle noircit, quoique représentée en or. »

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues II de Salins, le 25 juillet 1664, note 3.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0789&cln=3

(Consulté le 17/06/2024)

Licence Creative Commons