À André Falconet, le 18 septembre 1665
Note [3]

Campanum in morbum, in faciem permulta iocatus [L’ayant beaucoup raillé sur le mal campanien qu’il avait au visage] (Horace, Satires, livre i, 5, vers 62). Il s’agit du combat entre Sarmentus le bouffon et l’Osque Messius Cicirrus : Sarmentus se moque de son adversaire, « dont une honteuse cicatrice hérissait la partie gauche du front ». Les Osques étaient les « habitants de la Campanie entre Capoue et Naples. On les appelait également Osci, Opsgi, Opici, Obsci. Le mot d’obscène, obscenus, vient de ce peuple dont la corruption était extrême et le langage conforme aux mœurs ; il s’abandonnait à de honteuses débauches, et c’est ce qu’Horace appelle morbus Campanus. Personne n’ignore la description que nous ont laissée les anciens des délices de Naples et de Capoue, qui étaient les principales villes du pays des Osques, et le séjour de la volupté » (L’Encyclopédie). V. note [5], lettre 482, pour les bubons vénériens.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 18 septembre 1665. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0834&cln=3

(Consulté le 27.09.2020)

Licence Creative Commons