À André Falconet, le 14 janvier 1670, note 3.
Note [3]

Charon (Fr. Noël) :

« divinité des enfers, fils d’Érèbe {a} et de la Nuit. Sa fonction était de passer au delà du Styx et de l’Achéron {b} les ombres des morts dans une barque étroite, chétive, et de couleur funèbre. Vieux et avare, il n’y recevait que les ombres de ceux qui avaient eu la sépulture et qui lui payaient une obole pour leur passage. Aussi les païens mettaient-ils dans la bouche du mort une pièce d’or ou d’argent pour le payer. Les ombres de ceux qui avaient été privés des honneurs de la sépulture erraient cent ans sur les bords du Styx. »


  1. V. notule {a}, note [7], lettre de Reiner von Neuhaus, datée du 1er juin 1673.

  2. Fleuves infernaux (v. note [28], lettre 334).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 14 janvier 1670, note 3.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0975&cln=3

(Consulté le 17/07/2024)

Licence Creative Commons