À Jan van Horne, le 3 novembre 1656
Note [3]

V. note [3], lettre 390, pour la Defensio altera [Seconde Défense] de Charles Guillemeau (janvier 1655), qui n’avait pas été précédée d’une Defensio prima [Première Défense]. Jan van Horne devait un peu s’y perdre dans les titres, pompeux ou injurieux, des libelles qui nourrissaient la querelle opposant les docteurs régents de Paris à ceux de Montpellier à la suite du procès des Parisiens gagné contre Théophraste Renaudot en 1644.

Les méandres de cette âpre dispute (1645-1655), à laquelle se mêlait l’antimoine, et ses traces imprimées sont recensés dans notre Chronologie, sous la rubrique fmp & umm.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Jan van Horne, le 3 novembre 1656. Note 3

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1096&cln=3

(Consulté le 13.08.2022)

Licence Creative Commons