À Melchior Sebizius, le 17 mai 1658
Note [3]

« Peu de gens jouent de belle façon le drame de la vie jusqu’à son terme ; beaucoup, après avoir assez bien mené les premières parties de leur existence, s’effondrent au dernier acte, tels des acteurs à bout de souffle » ; imitation de Cicéron sur Caton l’Ancien (De la Vieillesse, chapitre xvii, § 64) :

Quibus qui splendide usi sunt, ei mihi videntur fabulam ætatis peregisse nec tamquam inexercitati histriones in extremo actu corruisse.

[Ceux qui ont vécu splendidement me semblent avoir joué le drame de leur existence jusqu’à son terme, et ne pas s’être effondrés au dernier acte, tels des acteurs à bout de souffle].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Melchior Sebizius, le 17 mai 1658. Note 3

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1133&cln=3

(Consulté le 08.02.2023)

Licence Creative Commons