À Johannes Antonides Vander Linden, le 28 novembre 1659
Note [3]

Eau de couperose, pour se délivrer, et pour se préserver de plusieurs maladies (sans nom d’auteur ; Paris, Gaspard Meturas, 1652, in‑12o).

La couperose, autre nom du vitriol (v. note [13], lettre 336), regroupe plusieurs sulfates auxquels les alchimistes attribuaient quantité de vertus dans le traitement des maladies ou dans la transformation du plomb en or.

V. notes [14], lettre 14, pour les « deux Opuscules médicaux » de Jean Merlet (Paris, 1659), et [3], lettre latine 129, pour la « Bibliothèque chronologique » du P. Philippe Labbe.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johannes Antonides Vander Linden, le 28 novembre 1659. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1163&cln=3

(Consulté le 15.09.2019)

Licence Creative Commons