À Johann Daniel Horst, le 20 septembre 1664
Note [3]

Guy Patin jugeait « bien pure et bien nette » l’eau de la Seine, cloaque où les Parisiens s’abreuvaient alors ordinairement et sans la moindre crainte (lettre française du 15 décembre 1670 à André Falconet).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Daniel Horst, le 20 septembre 1664. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1350&cln=3

(Consulté le 09.07.2020)

Licence Creative Commons