À Heinrich Meibomius, le 16 septembre 1665
Note [3]

V. note [3], lettre 806, pour le prêtre guérisseur Gendron qu’on avait en vain appelé au chevet d’Anne d’Autriche. Guy Patin nous apprend ici qu’il avait été chirurgien.

Le passage en italique qui le présente est en français dans le manuscrit.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Heinrich Meibomius, le 16 septembre 1665. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1404&cln=3

(Consulté le 28.01.2020)

Licence Creative Commons