À Johann Georg Volckamer, le 4 novembre 1666
Note [3]

« inspiré par les rêveries de Pythagore », possible reminiscence d’Horace (Épîtres, livre ii, lettre 1, vers 50‑53) :

Ennius, et sapiens et fortis et alter Homerus,
ut critici dicunt, leviter curare videtur
quo promissa cadant et somnia Pythagorea
.

[Le sage, le vaillant Ennius, cet autre Homère, comme disent les critiques, ne paraît guère se soucier de ce qu’il adviendra des promesses et des rêveries pythagoriciennes].

Sur des bases que je ne suis pas parvenu à trouver, Platon est réputé avoir repris l’idée pythagoricienne des années climatériques (v. note [27], lettre 146). Guy Patin niait que l’ophtalmie dont souffrait Johann Michael Dilherr pût être liée au fait qu’il traversait sa 63e année d’âge, réputée être la « grande climatérique », celle de tous les dangers pour la santé.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Georg Volckamer, le 4 novembre 1666. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1442&cln=3

(Consulté le 16.04.2021)

Licence Creative Commons