Autres écrits : Observations de Guy Patin et Charles Guillemeau sur les us et abus des apothicaires (1648) : vii
Note [3]

V. note [4], lettre 245, pour la Methodus medendi [Méthode pour remédier] de Francisco Valles (Venise, 1589, et Paris, 1651, avec dédicace à Guy Patin). Le passage cité concerne les alexipharmaques (alexitères ou contrepoisons) à la page 297‑298 (édition de 1651) :

Usus et multorum approbatio maximam auctoritatem conciliavit inter simplicia, lapidi Bezaar, et primam quidem ei, qui advehitur ex India, secundam ei qui ex America. Inter composita confectioni celebri ex hyacinthis. Lapidi quidem multi, iique prudentissimi attestantur, mihi vero nullus non est adulterationis suspectissimus, timeo ne nullus non sit factitius. Multos autem iuvit nescio an opinione. Sed et hac debet medicus uti. Verum ut alexiterorium usus non omnino empiricus sit, illa cautio esse debet, ne indifferenter utamus quibusvis ad quosvis.

[Parmi les simples, l’usage et l’approbation générale ont attribué le plus haut rang à la pierre de bézoard, celle qui provient d’Inde surpassant celle d’Amérique ; parmi les composés, la célèbre confection d’hyacinthe {a} occupe la première place. Beaucoup lui préfèrent la pierre, sur des arguments qui sont certes très avisés ; mais, à mon avis, tous les bézoards sont hautement suspects d’adultération et je crains qu’ils ne soient tous frelatés. J’ignore si mon opinion fera plaisir à beaucoup de monde, mais c’est bien celle que doit suivre un médecin. En vérité, pour que l’emploi des alexitères ne soit pas entièrement empirique, il faut prendre garde de ne pas les prescrire pour n’importe quelle maladie à n’importe quel malade]. {b}


  1. V. note [9], lettre 5, et l’observation vi sur les pierres précieuses..

  2. L’annotation marginale en regard de ce fragment est la seule différence entre les éditions de 1589 et 1651, s’amollissant de Lapis Bezoardi et confectio ex hyacinthis alexipharmaca optima [La pierre de bézoard et la confection d’hyacinthe sont les meilleurs alexipharmaques] en Quando utendum alexipharmacis [Quand recourir aux alexipharmaques].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Observations de Guy Patin et Charles Guillemeau sur les us et abus des apothicaires (1648) : vii. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8160&cln=3

(Consulté le 17.09.2019)

Licence Creative Commons