De Adolf Vorst, le 4 novembre 1661
Note [3]

« sans hâte le convive du dieu tonnant [Jupiter] » ; Martial (Épigrammes, livre viii, 39, vers 5‑6) :

Esse velis, oro, serus conviva Tonantis :
at tu si properas, Iuppiter, ipse veni
.

[Ne te hâte pas, je t’en conjure, de devenir le convive du dieu tonnant ; et toi, Jupiter, si tu es pressé, viens donc toi-même].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Adolf Vorst, le 4 novembre 1661. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9073&cln=3

(Consulté le 25.10.2021)

Licence Creative Commons