À Charles Spon, le 22 mars 1650
Note [30]

Astringent : « qui a la vertu d’astreindre, de resserrer [astringere en latin] le ventre. Il y a des remèdes laxatifs, d’autres astringents. » À l’astriction, la médecine moderne a substitué les notions de contraction (pour les chairs) et de vasoconstriction (pour les vaisseaux).

Guy Patin se targuait ici de ne pas traiter le symptôme (la diarrhée), mais d’éradiquer (purger) ce qu’il pensait être sa cause (la double pléthore) ; l’apothicaire n’avait pourtant pas tort car il paraît aujourd’hui dangereux et inepte de saigner un patient qu’un choléra menace de profonde déshydratation.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 22 mars 1650. Note 30

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0222&cln=30

(Consulté le 26.10.2020)

Licence Creative Commons