À Charles Spon, le 8 janvier 1649
Note [31]

Ces nouvelles des événements de Paris étaient certainement sans prix pour Charles Spon car la Gazette, organe du gouvernement, débordant, selon ses habitudes, d’informations sur les affaires étrangères, n’abreuvait ses lecteurs que de déclarations anodines sur celles de l’intérieur.

  • Ordinaire du 9 janvier 1649 (no 5, page 48) :

    « De Saint-Germain-en-Laye, le 8 janvier 1649. Leurs Majestés et toute la cour arrivèrent de Paris le 6 de ce mois sur les 9 heures du matin. »

  • Ordinaire du 16 janvier 1649 (no 9, page 60) :

    « De Paris, le 16 janvier 1649. Leurs Majestés sont encore à Saint-Germain-en-Laye. […] La Seine a tellement débordé que l’on est obligé d’aller en bateau en plusieurs de nos rues : ce qui ne nous incommode pas moins que les troupes qui sont logées aux environs d’ici, mais qui n’empêchent pas pourtant que les vivres ne soient à grand marché en cette ville, par le bon ordre qu’on a mis au-dedans, en attendant l’exécution de celui qui a été donné pour le dehors. Les prières de 40 heures continuent cependant dans toutes nos églises depuis le 9 de ce mois, pour demander à Dieu que les affaires soient bientôt pacifiées ; qui est le souhait de tous les gens de bien. »

  • Le détail, très relatif et sans grand intérêt, de la « guerre de Paris » n’a commencé à être publié qu’à partir de l’Ordinaire du 13 février (no 17).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 janvier 1649. Note 31

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0164&cln=31

(Consulté le 20.10.2019)

Licence Creative Commons