À Charles Spon, le 23 novembre 1657
Note [33]

Pierre ii Cressé, natif de Paris, docteur régent de la Faculté de médecine de Paris en 1659 (Baron), était le fils de Pierre i, lui aussi natif de Paris, chirurgien de Saint-Côme « qu’il faut justement compter parmi les plus éminents consultants et opérateurs de son temps », mort le 5 novembre 1661 (Index funereus…, page 47).

Pierre ii avait disputé sa première quodlibétaire le 16 novembre 1656 sur la question An totus homo ex facie ? [Peut-on juger un homme tout entier sur son visage ?] (affirmative), sous la présidence de François Cureau de La Chambre. Ont suivi :

  • sa cardinale, le 15 mars 1657, sur les eaux minérales (v. note [2], lettre 468) ;

  • sa seconde quodlibétaire, le 29 novembre 1657 sous la présidence d’Abraham Thévart, sur la question An Arthritidi Thee Sinensiam ? [Le thé de Chine convient-il dans la goutte ?] (affirmative), dédiée Illustrissimo Franciæ Cancellario [à l’illustrissime chancelier de France (mais un découpage semble avoir prélevé son portrait gravé dans l’exemplaire conservé par la BIU Santé)] ; Guy Patin avait déjà signalé, à l’occasion d’une thèse soutenue en 1648 (v. note [20], lettre 151), l’intérêt du chancelier Séguier pour le thé.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 23 novembre 1657. Note 33

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0504&cln=33

(Consulté le 31.03.2020)

Licence Creative Commons