À Charles Spon, le 18 décembre 1657
Note [33]

Fin de paragraphe mal construite pour dire que Mazarin ne sortait pas les pistoles de sa bourse et que la reine, devenue fort embarrassante, se faisait payer son départ en gageant fictivement des bijoux qu’elle avait remisés en Hollande.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 18 décembre 1657. Note 33

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0508&cln=33

(Consulté le 09.05.2021)

Licence Creative Commons