À Charles Spon, le 24 décembre 1658, note 34.
Note [34]

« Tant il est vrai qu’on ne sait quelle puissance secrète semble broyer les destinées humaines et fouler aux pieds les glorieux faisceaux des haches redoutables, dont on dirait qu’ils sont ses jouets » (Lucrèce, La Nature des choses, livre v, vers 1232-1234).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 24 décembre 1658, note 34.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0549&cln=34

(Consulté le 29/02/2024)

Licence Creative Commons