Annexe : Une thèse de Guy Patin : « L’homme n’est que maladie » (1643)
Note [35]

Giulio Cesare Vanini (Amphitheatrum æternæ providentiæ… [Amphithéâtre de l’éternelle providence…], Lyon, 1615, v. note [21], lettre 97, Exercitatio xxxviii, page 265) :

Profecto matrix nobilissima, ac propemodum divina favissa est, in qua Naturæ thesauri conditi, ubi fuerit opus depromantur, et quæ iure optimo merita sit, ut alterum animal appelletur.

[La matrice est assurément très noble et un caveau quasi divin, où se cachent les trésors de la Nature, d’où il sera nécessaire de les tirer ; elle mérite très justement de porter le nom de seconde créature].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Une thèse de Guy Patin : « L’homme n’est que maladie » (1643). Note 35

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8038&cln=35

(Consulté le 26.11.2020)

Licence Creative Commons