Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Patiniana I‑3 (1701)
Note [35]

V. notes :

  • [7], lettre 96, pour le Mars Gallicus (1635 et 1636) de Cornelius Jansenius, sous le pseudonyme d’Alexander Patricius Armacanus, contre la politique étrangère de Richelieu qui conduisait la France à s’engager contre les Espagnols dans la guerre de Trente Ans ; ouvrage qui a aussi été publié sous le titre de Le Mars français, ou la guerre de France, en laquelle sont examinées les raisons de la justice prétendue des armes et des alliances du roi de France. Mises au jour par Alexandre Patricius Armacanus, théologien, et traduites de la troisième édition par C.H.D.P.D.E.T.B. [Charles Hersent de Paris (v. infra), docteur en théologie, bénéficier] (sans lieu ni nom, 1637, in‑8o de 453 pages) ;

  • [9], lettre 16, pour les deux ouvrages de Petrus Aurelius, pseudonyme de l’abbé de Saint-Cyran, Jean Duvergier de Hauranne (v. note [2], lettre 94), qui établit la théologie janséniste contre celle des jésuites (et de Rome) ;

  • [12], lettre 79, [6], lettre 82, et [28], lettre 97 pour Godefroi Hermant, ses deux Apologies et ses Vérités académiques, toutes publiées en 1643, en faveur de l’Université de Paris, contre les jésuites (v. supra note [34]) ;

  • [3], lettre 415, pour Le Tableau du gouvernement présent, ou éloge de Son Éminence, Satire de mille vers, ou Miliade (1635-1636, rééditée en 1649), dont l’auteur présumé est Jacques Favereau ;

  • [10], lettre 248, pour François d’Espinay, marquis de Saint-Luc, fils du maréchal Timoléon de Saint-Luc, comte d’Estelan (v. note [21], lettre 113).

Dans ses lettres, Guy Patin n’a jamais parlé du pamphlet qui alluma le scandale et incita les jésuites et Pierre de Marca à publier plusieurs répliques :

Optati Galli de Cavendo schismate ad illustrissimos ac reverendissimos Ecclesiæ Gallicanæ primates, archiepiscopos, episcopos, liber paræneticus.

[Livre d’Optatus Gallus {a} avertissant du schisme à redouter, adressé aux très illustres et vénérables chefs, archevêques et évêques de l’Église gallicane]. {b}


  1. Ce pseudonyme de « Désiré le Français » est celui de Charles Hersent (Paris vers 1590-1660 ou 1662), prêtre de l’Oratoire (qu’il quitta en 1624) et virulent polémiste aux convictions oscillantes : défenseur des ultramontains contre les gallicans, il fut aussi ennemi des jésuites et partisan mitigé de la cause janséniste.

  2. Sans lieu ni nom, 1640, in‑8o de 39 pages. La même année a paru un :

    Arrêt de la Cour de Parlement, par lequel il est ordonné que le libelle intitulé Optati Galli de cavendo Schismate, etc. sera lacéré et brûlé ; et défenses à toutes personnes d’en avoir et retenir, sur les peines portées par ledit arrêt. {i}

    1. Paris, Sébastien Cramoisy, 1640, in‑4o de 12 pages.

Cet article du Patiniana imprimé figure dans le manuscrit de Vienne (page 64).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Patiniana I‑3 (1701). Note 35

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8198&cln=35

(Consulté le 04.02.2023)

Licence Creative Commons