À Charles Spon, le 16 août 1650
Note [36]

« ce qui donne raison à ce vers de Martial [v. note [17], lettre 75] : “ Il n’y a pas de lieu sur Terre où tu puisses échapper à ton destin ; quand la mort vient, la Sardaigne se trouve au beau milieu de Tibur. ” »

V. note [2], lettre 237, pour la mère de Catherine Janson, belle-mère de Guy Patin, morte en son logis de Cormeilles.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 août 1650. Note 36

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0240&cln=36

(Consulté le 21.01.2021)

Licence Creative Commons