À Charles Spon, le 22 juin 1655
Note [36]

« mais cet espoir s’en est aussitôt allé. »

Nicolas Papin (natif de Blois, mort à Neuchâtel en 1655) médecin français, protestant, était le père de Denis Papin (1647-entre 1710 et 1714), docteur régent de la Faculté de médecine de Paris, inventeur de la machine à vapeur.

Nicolas Papin a publié :

  • De pulvere sympathetico Disseratio [Dissertation sur la poudre sympathique (v. note [28] de « L’homme n’est que maladie » (1643))] (Paris, Simon Puget, 1647, in‑8o) ;

  • La Poudre de sympathie, défendue contre les objections de M. Cattier (Paris, Simon Puget, 1651, in‑8o) ;

  • Raisonnements philosophiques touchant la salure, flux et reflux de la mer et l’origine des sources… auxquels est ajouté un traité de la lumière de la mer… (Blois, F. de La Saugère, 1647, in‑8o) ;

  • De aurium ceruminum usu, novis experimentis invento, Prolusio medica [Essai médical sur l’utilité du cérumen des oreilles, découverte par de nouvelles expériences] (Saumur, J. Lesnerius, 1648, in‑8o) ;

  • Considérations sur le traité de Descartes des Passions de l’âme (Paris, Simon Puget, 1652, in‑8o) ;

  • Cordis diastole adversus Harveianam innovationem defensa [Diastole du cœur défendue contre l’innovation harvéienne] (Alençon, R. Meverel, 1653, in‑4o).

Les précisions que Guy Patin a fournies sur sa vie ne se trouvent pas dans les ouvrages biographiques qu’on a consultés.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 22 juin 1655. Note 36

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0405&cln=36

(Consulté le 03.06.2020)

Licence Creative Commons