Annexe : La maison de Guy Patin, place du Chevalier du Guet, note 36.
Note [36]

enfonçure de lit (couche) : ses bois, soit le cadre et les traverses qui recevaient et soutenaient les paillasses (l’ensemble formant ce qu’on appelle maintenant un sommier).

Futaine : « étoffe de fil et de coton, on se sert de futaine pour couvrir des matelas » (Furetière).

Coutil : « toile faite de fil fort délié et fort pressée qui sert à enfermer de la plume pour faire des lits, des traversins et des oreillers parce qu’elle est extrêmement forte et serrée. Les coutils doivent être faits de bon fil de chanvre et sans étoupe [filasse de chanvre ou de lin]. Ils sont marqués à huit, neuf et dix rais, qui ont leurs longueurs et largeurs ordonnées par les statuts des tapissiers, selon les villes où on les fabrique » (ibid.).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : La maison de Guy Patin, place du Chevalier du Guet, note 36.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8011&cln=36

(Consulté le 03/03/2024)

Licence Creative Commons