À Charles Spon, les 21 et 22 novembre 1652
Note [38]

« Ô cruelle mort, pour toute ombre plus odieuse, n’aurait-on au moins dû te permettre cela ! » ; Martial (Épigrammes, livre vii, 21, vers 3‑4) :

Heu Nero crudelis, nullaque invisor umbra,
Debuit hoc saltem non lisuisse tibi !

[Ah cruel Néron, pour nulle ombre…].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, les 21 et 22 novembre 1652. Note 38

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0297&cln=38

(Consulté le 24.01.2021)

Licence Creative Commons