Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (1) : sur le Laudanum et l’opium
Note [38]

Ce chapitre des neuf livres de l’« Histoire des plantes » de Théophraste d’Érèse (v. note [7], lettre 115), disciple d’Aristote (mais probablement pas son petit-fils, nepos), est intitulé Thrasiam Mantinensem quoddam comperisse venenum, quod sine dolore inferre obitum posset. Quodque Alexias, ejus discipulus, fuerit non indoctior. Item quomodo Chij cicutam præparent, ut celeriter enecet [Thrasias de Mantinée (Péloponnèse) a découvert un poison qui pourrait provoquer la mort sans douleur. Et pourquoi son disciple Alexias n’a pas été moins savant. Et aussi de quelle manière ceux de Chios préparent la ciguë pour qu’elle tue rapidement] (édition d’Amsterdam, 1644, page 1145) :

Thrasyas Mantinensis tale se comperisse ajebat, ut facile et absque ullo dolore inferre obitum posset. Nec alio quam succo cicutæ et papaveris, et aliorum ejusmodi. Idque admodum contractum exiguumque, videlicet ad drachmæ pondus, ut nec ullum admitteret remedium.

[Thrasias disait qu’il en avait découvert un capable de provoquer la mort aisément et sans douleur ; et ce n’était rien d’autre que du suc de ciguë et d’opium, et d’autres plantes de même sorte ; il est si concentré et ténu que pris à la dose d’une drachme il est irrémédiable].

Cette belle référence, judicieusement empruntée à un philosophe grec né une trentaine d’années après la mort de Socrate, me paraît clore le débat sur la ciguë des Athéniens.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (1) : sur le Laudanum et l’opium. Note 38

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8129&cln=38

(Consulté le 20.09.2019)

Licence Creative Commons