À Charles Spon, le 8 janvier 1650, note 39.
Note [39]

« quoiqu’en ait dit notre anthropographe [Jean ii Riolan, auteur de l’Anthropographie]. » Cette déclaration est à tenir pour une hypocrite fanfaronnade quand on sait tout ce qu’on peut reprocher à Guy Patin pour son virulent refus de la circulation du sang révélée par William Harvey. Il a prétendu, ici et ailleurs, ne guère attacher d’importance à une querelle savante qui n’influençait en rien sa pratique médicale ; mais devant la Faculté de médecine de Paris, il a défendu en 1670 l’une des dernières thèses qui l’ait dénigrée avec acharnement.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 janvier 1650, note 39.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0211&cln=39

(Consulté le 13/07/2024)

Licence Creative Commons